mercredi, mars 15, 2006

Management à la mode (ou plutôt sauce)Tunisienne

Je ne vais pas énoncer des grandes théories de gestion des organisations (même si le gourou du management est mort il y a quelques mois :( paix à son âme). Je vais discuter sur les modes de gestion propres des nos managers locaux. Je veux insister sur la gestion de la ressource humaine.Le fait le plus évident est qu'on n'arrive pas à estimer à sa juste valeur l'élément humain au sein des entreprises Tunisiennes. Même dans les sociétés présentant une image moderne (c'est plutôt pseudo moderne) connaissent un grand turnover.
Je ne veux pas parler de mon cas vu que je n'ai travaillé que pendant une courte période. Vu que nos entreprises ne possèdent pas de grandes capitalisations ou de taille critique, la richesse humaine devrait être l'arme principale pour conquérir les marchés.
Dans cette optique je prendrai le cas du domaine de l'ingénierie informatique. Généralement les ingénieurs en sein des SSII ne restent pas plus de 2 ou 3 ans au sein de la même structure. Une première cause est l'absence de conditions de travail encourageantes et permettant d'améliorer la productivité. Le salaire n'est qu'un paramètre parmi d'autres. Certainement ce n'est pas assez pour beaucoup de cadres.
Le deuxième point est celui de l'horaire. Nos managers ont tendance à mélanger flexibilité et esclavagisme. Ainsi, je connais plusieurs personnes qui travaillent plus de 12 heures par jour. Le volume horaire n'est pas un critère réel d'efficience et de productivité.
Il faut que nos managers comprennent qu'il doivent offrir à leurs cadres (à part le salaire adéquat) un environnement de travail propice (on ne demande pas de faire comme pour les employés de Google).
Les cadres font partie du knowledge workers et leurs besoins diffèrent par rapport aux autres travailleurs (même l'amélioration des condition de travail est nécessaire pour toute personne faisant partie de l'entreprise).
La connaissance et l'expertise acquises à travers les projets sont un capital non comptabilisé mais il est primordial dans le domaine de l'ingénierie et de conseil. Mais il y a des sociétés très connues qui n'arrivent pas ou n'ont pas de politique pour attirer et fidéliser leurs experts.
De plus, nos entreprises doivent une vraie démarche de recherche et développement. Nos managers dénigrent les études de troisième cycle. Certainement, ces formations ne correspondent pas aux besoins réels. Mais il faut sortir de cette idée simpliste qui veut qu'en faisant un master on s'achemine nécessairement vers l'enseignement (aux Etats-unis ou Japon faire un master équivaut à être diplômé comme ingénieur). Faire du R&D n'est pas un luxe mais une nécessité. Il faut savoir plutôt comme mettre en valeur les résultats de recherche. Il faut se rappeler que l'algorithme de base de google n'était qu'un sujet de thèse de PhD au départ. On ne peut pas concurrencer l'Inde ou plus proche de nous le Maroc uniquement dans le secteur de l'externalisation (outsourcing). Il faut innover!!!
Cette stratégie ne peut être mise en oeuvre que par des managers ambitieux et visionnaires. J’insiste sur le fait que ce n'est pas une condition sine qua non d'avoir fait des grandes écoles ou étudier aux states pour être un bon manager.
Je crois qu'il faut l'émergence d'un management à la Tunisienne plus actif et plus ambitieux. On n'a pas à répéter l'expérience des autres mais il est primordial d'innover et de créer.
Il faut aussi de sortir de la logique purement comptable et financière et comprendre qu'on a besoin d'armée d'experts pour conquérir les marchés de plus en plus disputés. La maximisation des profits ne doit pas se faire sur le dos des cadres!!

15 Comments:

At 8:01 PM, Anonymous Assouma said...

Très bon post; ça relate très bien ce qui se passe dans les entreprises tunisiennes.

 
At 8:45 AM, Blogger Imperator said...

J'aimerai bien avoir un feedback sur d'autres expériences dans d'autres domaines comme celui de la finance etc.
On a tendance à mélanger la gestion d'entreprise moderne et celle ......d'un atelier de couture.

 
At 3:53 PM, Blogger Napo said...

post assez interessant, mais assez biasé comme-meme. pour une autre experience tu peux voir voir ici:

http://poweredbynapo.blogspot.com/2006/02/business-1st-episode-doing-business-in.html

Pour repondre a ton post:

"Le fait le plus évident est qu'on n'arrive pas à estimer à sa juste valeur l'élément humain au sein des entreprises Tunisiennes"

Certes, mais pour que la manager arrive a estimer la juste valeur d'un employé, il faut que ce dernier prouve qu'il le merite. Ca fonctionne comme ca en amerique du nord et au japon et pas l'inverse.

"Même dans les sociétés présentant une image moderne (c'est plutôt pseudo moderne) connaissent un grand turnover"

=> Comme ST-micro a Tunis, et dont les managers sont tellement frustrés qu'ils vont bientot relocaliser. Les ressoures tunisiennes ne realisent pas encore qu'elle sont entrain de concurrencer avec les indiens, les chinois et les russes, elle veulent le beure et l'argent du beure. En tout cas, un employee qui saute d'une boite a une autre cherchant l'argent et les avantages est mal vu et ne fait que nuire a sa reputation.
J'ai rencontre quelques gars a el ghalaza, il etaient furieux parcequ
on leur a demandé d'ajouter une demi heure de travail...c malade de se rebeller a cause de ca !!!!

"Le deuxième point est celui de l'horaire. Nos managers ont tendance à mélanger flexibilité et esclavagisme"

=> et alors???? t'as entendu parler du concept de core hours??? du overtime? ca arrive.

Je suis d'accord sur presque la totalité du reste. Mais je vais ajouter une chose..qu'une entreprise c'est une equipe, non pas pas un manager d'un cote et des employes de l'autre cote, le jour ou les resources tunisiennes commencent a reflechir en tant que partenaire au lieu de salarié les choses changeront...mais tant que nos ingenieur bac+14 sans experience exigent et continuent a exiger sans contre partie, alors ca n'avancera a rien..

Mais le probleme n'est pas la, on est entrain de rater le train lucratif des contrats etrangers. vu que l'economie tunisienne ne genere pas autant de jobs que les diplomés alors on a besoin d'IDE, et ces investissements don't give a damn about ressources tunisiennes, ce qui compte pour eux le plus c'est la productivite et le cost !

 
At 4:28 PM, Blogger Imperator said...

merci pour le comment NAPO, mais dire que c'est biaisé c'est un peu fort.
je vais dire par estimer "la juste valeur" de donner la juste compensation du travail fourni.je peux t'assurer que pour les ingénieurs en Informatique sont assez productifs. Il s travaillent plus que 12 heures par jours et même souvent le samedi.
ST avec Alcatel ou siemens qont des exceptions qui confirment la régle. Moi je parle plutôt de SSII 100% Tunisienne (pas de filiale de grandes multinationales).
je suis d'accord que nous ne sommes pas assez compétitifs. Mais en inde, leurs entreprises sont arrivées à une taille critique et offrent un environnement propice à leurs cadres.
certainement que nous avous besoin d'IDE. c'est pourquoi nous devons être plus innovant.
je suis d'accord que c'est toute culture qui doit apprise par les employés et managers pour être plus efficient. Il y a déja un management asiatique et européen. Nous devons cesser d'importer des modéles préfabriqués.
De plus, le coût n'est qu'un paramétre pour la décision d'externaliser ou délocaliser. De plus, la productivité dans le tertiaire est difficilement quantifiable.

 
At 4:52 PM, Blogger Napo said...

"Il y a déja un management asiatique et européen. Nous devons cesser d'importer des modéles préfabriqués."

Pas d'accord, peu importe la provenance du modele, l'essentiel et qu'il fonctionne, les normes de travail peuvent s'adapter a n'importe quelle populations active. On doit plutot combattre la notion de mosmar fi 7it, les 7-11 de l'ete, les demi journee du ramadan, et les 100 jours de vacances par an.

So far, le model anglo-saxon est celui qui reussit le plus et c'est le model par excellence adpoté par la chine et l'inde QUI et je le cite doivent leur emancipation grace au investissement occidentaux et les methods de travails nord americaines

* De plus, le coût n'est qu'un paramétre pour la décision d'externaliser ou délocaliser. De plus, la productivité dans le tertiaire est difficilement quantifiable.

==> Ah bon? c quoi l'autre parametre? la langue? la proximité?
la langue peut-etre pour les cheap call-center qui n'apportent guère rien a l'economie locale a part l'embauche..mais lorsqu'il s'agit d'innovation ou de R&D, le cout, la qualite, et la productivite priment sur tout le reste.

Est-ce que tu sais qu'un ingenieur tunisien coute extremement cher par rapport a son homologue indien et chinois? de plus tu ne peux pas le licensier aussi facilement que les autres a cause des lois de travail assez rigides en tunisie...

Bon je parle d'une perspective d'un manager etranger, mais je ne suis pas necessairement d'accord avec ces pratiques draconiennes aussi.

 
At 5:08 PM, Blogger Imperator said...

je suis désolé mais il n'y a pas de sécurité de l'emploi ici 5à part l'étatique mais même lui est un grand employeur de travailleur précaire et contractuel).moi même j'étais licencié aussi facilment. le travail à vie est déja de l'histoire passée.pour les horaires je suis d'accord (mais pas comme même le ramadan (o^^o) )
je voulais insister sur adopter et adpater les méthodes nord-américaines. Il y a des différences culturelles à surmonter.
Tu veux encourager une baisse des salaires en Tunisie?sur quels critéres?je t'assure le licenciement est assez facile. que la loi de travail ne est pas si respectée que ça.avec un contrat CDI tu peut être éjecté il suffit d'informer un mois à l'avance.c'est trés simple.
c'est un problème global et même les pays comme l'inde ou la chine vont le connaitre prochainement.

 
At 9:01 PM, Blogger Napo said...

je n'encourage pas une baisse de salaires, au contraire, des salaires eleve c bon pour l'economie et le pouvoir d'achat.
je veux juste mettre l'accent sur la productivité c tout...et la mentalité aussi. En tout cas la probleme de licensement n'existe pas pour moi sauf lorsqu'il est abusif.

En passant, pour innover et creer il faut des VCs, ce qui manque bcp actuellement chez nous..

 
At 8:45 AM, Blogger Imperator said...

excuse moi mais je n'ai pas compris c'est quoi les VCs?
je crois que la mentalité commence à changer et spécialement la nouvelle géneration de cadres. je te conseille de voir l'expérience de ceux qui travaillent à Tunisiana.
Pour augmenter la productivité il faut motiver.mais les employeurs croient que c'est uniquement via les salaires.
Il y a des comportements et de modes de travail à changer de façon radicale.
pour le licenciement je t'assure que c'est abusif.on licencie pour que l'employé ne change pas de sa situation précaire. je ne te parle pas de l'abus dans les contrats SIVP et les stagiaires à vie (quand le temporaire dure).
La mobilité macrhe en Amérique du nord car il y a une vraie flexibilté et une croissance assez importante.

 
At 3:25 PM, Blogger Napo said...

VC = venture capital, j'en parle bcp sur mon blog (topic: doing business in tunisia). Venture Capital = Capital Risque = SICAR.

Humm, ton constat est plutot pessimiste...dommage !!! mais si tu le dis alors je le crois.

 
At 5:58 PM, Blogger Imperator said...

je n'affirme rien mais je contaste.mo i aussi je déteste les constats alarmiste mais les faits sont là.
les sicar ne font pas leurs rôles parce qu'ils fonctionnent comme des banques bâtardes. les investisseurs sont assez frileux et préferent les secteurs classiques sans risques et la quasi monopole.

 
At 1:02 PM, Anonymous Anonyme said...

Good design!
[url=http://wxrrmgba.com/ebsl/dvpi.html]My homepage[/url] | [url=http://mtumfcps.com/dlvi/fohz.html]Cool site[/url]

 
At 1:02 PM, Anonymous Anonyme said...

Good design!
My homepage | Please visit

 
At 1:03 PM, Anonymous Anonyme said...

Thank you!
http://wxrrmgba.com/ebsl/dvpi.html | http://snjlabjw.com/besl/azil.html

 
At 5:23 PM, Blogger sansouna said...

salut, je suis tomber sur ton post par hazard, tu y relate vraiment la réalité.
moi, je viens de me frotter de près au monde de l'entreprise et du recrutement et ce n'est pas réjuissant, quel désillusion!!!!
je t'invite à lire mon post à ce propos.

 
At 10:08 AM, Blogger Imperator said...

salut sansouna,
bienvenue dans le monde blogospherique et celui du travaill!!
pour ton post, le contart sivp devient l'etape obligée à passer pour n'importe quel jeune dipomée. memes les grandes entreprises l'utilisent car ça permet de ne pas payer des charges et de tester à volonté sans risque apparents.
Viva el precarité!!
IK

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home