mardi, septembre 05, 2006

un embargo ce n'est pas criminel

C'est un post à dessein pédagogique. Il est destiné à détruire certains stéreotypes et mythes véhiculés par les médias gauchistes et ploutocratiques. Combattons la mystification.
Commencons par parler de la politique dite de l'embargo. Une politique humaine et humaniste est qui démontre l'humanisme débordant et affectueux de l'occident civilisé et civilisant jusqu'à l'avilissement de lui même.
Ce n'est pas la faute à l'occident si les peuples des états sous embargo ne comprennent guére qu'ils doivent se révolter contre la tyrannie et le despotisme et faire le sale travail à sa place euh plutôt se libérer.
Un des avantages de l'embargo est qu'il consolide les liens sociaux des peuples dites ( de façon abusive) victime , .. désolé ami. De plus, ça permet de combattre le fléau de l'ére moderne qui est l'obésite par un rationnement des aliments suivant un régime alimentaire rigoureux selon une base scientifique indiscutable et indiscutée. Il vaut mieux prévenir que guérir, ça tombe dans le sens.
Enfin, ça permet d'économiser des munitions qui sont assez chéres ce temps-ci et donc sauver les économies déja en berne.
Il ne faut jamais oublier de vue les objectifs nobles de ces embargos. L'occident est acculé à cela à cause de ces tyrannies dangereuses pour la paix mondiale et l'harmonie.
Mais les peuples sont ingrats et oublient souvent de dire merci. pauvres nous sommes.

IK

6 Comments:

At 11:46 AM, Blogger Roumi said...

@imperator :
A mon avis l'embargo n'appartient ni aux "gauchistes"/"droitistes", ni aux "riches"/"pauvres", ni aux "occidentaux"/"non occidentaux", ...

L'embargo est un procédé universel et relativement ancien que l'on doit relier à la notion de "blocus" ainsi qu'à celle de "boycott" qui est une sorte d'embargo volontaire pratiqué essentiellement par ces fameux pays qui se disent par ailleurs opprimés ; ils s'"auto-embargotent"si j'ose dire, s'enfonçant un peu plus dans leur propre misère...

Mon Grand, si tu veux avoir une vision d'historien, une vision large des questions, il faudrait sortir de ces clivages réducteurs gauche/droite, riches/pauvres et occidentaux/non occidentaux... tu trouverais dans l'histoire de nombreux exemples te montrant que l'embargo se pratiquent dans n'importe quel pays.
Tu trouverais également de nombreux exemples pas forcément anciens où des gouvernements de n'importe quel bord politique ont pratiqué cet embargo... la gauche n'a malheureusement pas le monopole de la bonté et de l'humanisme, ... ça fait plus d'un siècle qu'on a des éléments pour s'en convaincre.
Quand à la notion occident/non occident, elle est désolante... faudrait voir à en sortir... si l'on regarde l'histoire de ces trente dernières années, on trouve facilement des exemples d'embargo n'ayant pas de lien avec l'"occident" et même parfois l'embargo contre les "occidentaux", exemple de l'embargo arabe du pétrole en 1973... Les "non occidentaux" savent très bien pratiquer l'embargo eux mêmes... et parfois contre eux mêmes !

Ce genre de discours n'encourage pas à la compréhension mutuelle et au rapprochement et ne fait que confirmer pour certains l'idée qu'ils sont de pures victimes, qu'ils sont faibles et que les autres sont foncièrement mauvais. C'est dommage.

Parler d'embargo est intéressant mais il faut envisager ce phénomène dans toute sa dimension et non le limiter à un aspect.

Quelques commentaires maintenant :
Un des avantages de l'embargo est qu'il consolide les liens sociaux des peuples dites ( de façon abusive) victime : on connaît cette fameuse solidarité... notamment la fameuse solidarité "arabe" dont tout le monde déplore qu'elle n'existe pas... donc cet effet de lien naissant de l'embargo n'est sans doute pas si fort que cela.

De plus, ça permet de combattre le fléau de l'ére moderne qui est l'obésite par un rationnement des aliments : un certain nombre d'Etats, qu'ils soient ou non sous embargo, laissent crever leur peuple de faim et préfèrent acheter des armes. Un certain nombre d'Etat possèdent des ressources, des richesses mais au lieu de donner au peuple de quoi vivre détournent ces richesses pour le profit d'un petit nombre d'individus. Mais généralement, on ne se plaint jamais quand son propre Etat laisse crever de faim privilégiant des dépenses inutiles ; on se tourne naturellement vers l'étranger, encouragé vers les discours politiques opposant riches/pauvres, occidentaux/non occidentaux, pour expliquer sa propre misère. C'est plus commode.

Je voudrais aussi souligner une contradiction dans ton discours.
"Ce n'est pas la faute à l'occident si les peuples des états sous embargo ne comprennent guére qu'ils doivent se révolter contre la tyrannie et le despotisme et faire le sale travail à sa place euh plutôt se libérer."
Tu trouves que c'est pas agréable de se révolter contre la tyrannie de son propre état ; c'est choquant car à demeurer passif on peut perpétuer pendant des millénaires une situation d'oppression... le "sale boulot" comme tu dis, c'est quand même faire en sorte de vivre librement dans son pays... ça mérite sans doute quelques sacrifices... et quand on entend en permanence les plaintes des citoyens de certains Etats, eh ben on se dit qu'ils feraient bien de réagir par eux même. D'autre part on les entend souvent critiquer les autres Etats qui entretiennent de bons rapports avec des gouvernements autoritaires... mais alors quand il y a des sanctions... on les critique aussi... finalement certains ne sont jamais contents... le mieux alors c'est de pas attendre des autres qu'ils changent son propre pays d'une manière directe ou indirecte mais de contribuer à le faire changer soi même. Si le citoyen de chaque Etat était adulte et responsable, on ne verrait pas toutes ces dérives, on ne verrait pas des Etats acheter des armes plutôt que de la nourriture, on ne verrait pas des Etats engager l'embargo, ...

Aujourd'hui l'un des vrais clivages du monde il est entre citoyens actifs et citoyens passifs, entre ceux qui se prennent en main et agissent et ceux qui se considèrent comme victimes et se laissent diriger docilement. Un pays n'est fort que lorsque son peuple fait bloc, que lorsque son peuple s'engage avec force dans l'action, dans des actes fondant l'avenir en assurant à chaque individu un relatif épanouissement. Aujourd'hui un certain nombre de pays vivent dans le passé, parfois lointain ou dans l'espoir d'un avenir qui n'existera que si les peuples se prennent en charge. Si chaque peuple se prend en main, éclairé par la raison, on pourrait espérer ne plus entendre parler ni de tyrannie, ni d'embargo, ni d'Etat préférant acheter des armes plutôt que de nourrir ses citoyens, ni de tout ce qui aujourd'hui pose tant problème.

 
At 12:31 PM, Blogger Imperator said...

mon roumi tu prends les choses trop à coeur. il ne faut jamais le brin d'ironie ici et là. il n'y a ni clash ni conflit. je reléve juste des contradictions.
IK

 
At 2:27 AM, Anonymous Swobodin said...

Augustus Cæsar serait-il en train d'étendre son empire et se préparer à imposer un embargo au peuple de Carthage ?
Un embargo n'est pas aussi facile à décrire, notre cher empreur devrait un jour quitter son palais de Rome pour voir la souffrance de ceux qui vivent sous le joug d'embargos.
L'iraq n'a jamais profité de son embargo, où l'on ne trouvait ni nourriture ni médicaments. Aujourd'hui, c'est encore pire avec la "démocracie".

 
At 10:15 AM, Blogger Imperator said...

welcome swobodin,
ne t'en fais pas pour cathago elle déja detruite et son sol maudit donc la bonne nouvelle elle n'a pas à subir l'embargo.
que peux-je faire pour des peuples si ingrats ;)
IK

 
At 2:38 PM, Blogger Roumi said...

@imperator : mon cher Auguste, tu occultes une part de la réalité.
Oui Carthage a été détruite en 146 av J.-C. et son sol maudit ; on y a même semé du sel pour brûler la terre...
Mais vers 123-122 av. J.-C., il était question de refonder Carthage. C'était une idée de Caius Sempronius Gracchus, l'un de deux frères Gracques, qui n'étaient pas d'obscurs révolutionnaires mais d'éminents aristocrates cherchant à rééquilibrer la société romaine par des mesures dirigées vers les chevaliers romains, les citoyens des classes moyennes ou encore les Italiens. Un des plus graves problèmes était la crise agraire, c'est-à-dire l'impossibilité pour les classes moyennes de conserver des terres ; cela avait des conséquences économiques (appauvrissement de ces classes moyennes, concentration de personnes inactives à Rome), démographiques (chute de la natalité) et militaires (l'armée romaine jusqu'à la fin du IIe s. av. J.-C. est fondée sur la fortune ; on contribue à la défense de l'Etat en fonction de son degré de richesse et plus les classes moyennes s'affaiblissent, moins il y avait de soldats disponibles). Une des solutions pour régler cette crise agraire était la redistribution des terres possédées par l'Etat en Italie et la fondation de colonies. L'une d'elle fut projetée alors à Carthage. Le projet était très avancé et on envoya même des arpenteurs-géomètres pour préparer le terrain et implanter des bornes pour repérer les différentes limites. Mais il y avait évidemment une opposition très forte à ce projet à Rome, le sol de Carthage ayant été maudit. Alors des manipulations ont été faites pour faire échouer le projet de fondation de la colonie ; on a notamment affirmé que des loups avaient renversé les bornes implantées par les arpenteurs et on y voyait un mauvais présage qui devait faire abandonner le projet ; il est évident qu'il s'agissait là de manipulations de la part des adversaires du projet.
Le projet sommeille alors jusqu'à César et Auguste qui sont en position de force politique pour imposer la concrétisation du projet et ainsi naît la colonia Iulia Concordia de Carthage.
Bon bref, tout cela pour dire que le sol de Carthage n'est évidemment plus maudit depuis cette refondation césaro-augustéenne, soit depuis environ 2050 années ; et Carthage n'est plus détruite depuis cette même refondation. Il apparaît même que la Carthage romaine, vandale et byzantine a existé plus longtemps que la Carthage punique ! Tiens toi au courant mon petit, s'il te plaît ou je vais te faire un contrôle de connaissance ! :-)

 
At 5:52 PM, Anonymous RANIM & HANINE said...

Emargo: encore un mot qui résonne bon mais dont l'application résonnera faux

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home